Coopérative d'habitants pour découvrir Marseille-Provence avec ceux qui y vivent, travaillent et habitent.
+1

#3 Récit exploration Saint-Louis : Que le Jeu Commence…

Publié par le 20 mars 2017

D’un côté 3 personnages que nous retrouvons facilement dans le tarot.

L’Evêque (carte du Pape)

Le Maire (carte de l’empereur)

Le Squatteur (carte du Mat/Fol)

1stLouis3

2stLouis33stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guidés par la lecture d’un texte de Christine Breton, perchés au dessus du Bassin de Séon, percevoir les 3 portes qui nous entourent, celles de 3 campagnes qui au milieu du 19ème racontent l’histoire:

Campagne Consolat (le Maire), Campagne Mazenod (L’évèque), Campagne Tornési.

4stLouis3

5stLouis3



 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je veux être au sommet du vide…

Dans sa continuité, c’est ici aussi là que 10 ans plus tard les architectes Rozan et Eigger gagneront le concours pour construire 800 logements au centre de la même « Campagne-L’évêque ».

Trois grands domaines seront en1945 les portes du « mouvement des squatteurs », alliant militants chrétiens du Mouvement Populaire des Familles et communistes dans une ville mise à mal par la guerre, en manque de tout et notamment de logements.

Les trois campagnes seront squattées pendant plus de 10 ans et le mouvement des squatteurs, fondé en 1946, s’étend rapidement dans les autres quartiers.

Combinaisons de cartes

De ce 19ème siècle déjà bien avancé on aperçoit l’alliance d’une église bâtisseuse du territoire (L’évêque de Mazenod crée 22 nouvelles paroisses et fera construire 40 églises dont la cathédrale de la Major et Notre Dame de la Garde, un vrai plan d’urbanisme…) à l’ingénierie industrielle des grandes familles (Consolat déclenche la construction du Canal de Marseille, et le voisin Jules Mirès crée ses hauts-fourneaux à St-Louis, tout en lotissant la Baie d’Arenc).

Le 20ème siècle prolonge la combinaison : l’église Saint-Louis construite en 1933 incarne la grande Mission, la  «croisade » (nom du bulletin paroissial) se construit tout en innovations de béton, et s’affiche à la fois locale et internationale. Rapidement, le regard se trouble…

6stLouis3

Les hauts fourneaux fondés par Jules Mirès, face au cimetière. Leur activité démarre en 1856 mais Mirès fait faillite en 1861. La production se poursuivra pour s’arrêter en 1905.

 

 

 

 

 

 

 

 Le bulletin paroissial La Croisade et l’un des vitraux de l’église St Louis
 7stLouis3

8stLouis3

 

 

 

 9stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Moulin et le canal, personnages récurrents de nos histoires…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mirage (nouvelle combinaison?)

Que voit-on?

Une mosquée, une église?

Saint Louis le roi missionnaire ou le plus modeste Saint Louis d’Anjou?

Une mission ou du militantisme?

De l’action religieuse ou de l’action sociale? Et l’art dans tout ça?

10stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1945 les prêtres ouvriers s’installent à Saint Louis, suivant de près le mouvement des squatteurs.

Patrick vient de là et nous raconte, avec André de l’association La Fraternité de St Louis.

11stLouis3

12stLouis3

13stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne) tient les rennes, on choisit dans le calendrier de la JOC des images et l’on demande à des affichistes oranais installé au centre ville d’en faire des affiches géantes à encoller dans l’église, juste au dessus du chemin de croix peint par Martin Ferrières en 1937 comme nous l’explique Jean Claude, et récemment restauré par Laure qui nous raconte aussi la technique particulière de la peinture à la fresque.

La bataille des images est engagée dans cette autre guerre de religion. Ce n’est plus la Croisade que l’on fait circuler mais les Semailles, le journal du Diocèse dont vont se servir les militants et paroissiens pour constituer le support aux encollages !

 

Nouvelle combinaison de cartes…

De l’histoire de cette paroisse ouvrière devenue chef d’œuvre d’art contemporain, nous tirons une combinaison de 3 cartes :

le Soleil  (la solidarité), le Bateleur (le figure populaire) et l’ange Gabriel (commun aux 3 religions monothéistes).

Cette combinaison nous guide intuitivement dans nos rencontres d’aujourd’hui :

14stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Al Insaf  est un centre culturel musulman très engagé dans l’action sociale (distribution de vêtements et de repas à Saint-Louis et au centre ville, soutien scolaire, temps partagés etc.), accueillant également une mosquée dans son niveau inférieur.

Rahim nous raconte ce qu’il sait du passé du bâtiment (du métal à la chaussure), son rachat par sa famille et la mobilisation progressive des habitants, principalement des parents d’élèves pour « faire quelque chose ».

15stLouis3

16stLouis317stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Rocher, associée à la Fondation des apprentis d’Auteuil anime la Maison des familles ainsi que diverses actions sociales notamment à Campagne Lévèque. Membre de la communauté de l’Emmanuel (clé de voûte du Renouveau charismatique en France elle a une influence croissante au sein de l’Eglise catholique depuis sa création en 1976 et est très présente sur le terrain animée par sa mission évangélisatrice), elle s’occupe également aujourd’hui du culte à L’Église Saint-Louis.

18stLouis3

19stLouis320stLouis3

 

 

 

 

 

 

La « famille » a dans tous les cas remplacé l’ouvrier.

Les usines sont encore là, mais ce sont des maisons vides…

22stLouis3

23stLouis324stLouis3

 

25stLouis3

 

 

 

 

 

 

.Huileries Salador (Huileries Augustin Roux, qui devient Salador en 1965 et fournira la marque Lesieur). Usine des femmes de la Cité Saint-Louis.

 

 

 

 

 

 

26stLouis3Robert, lui aussi né à la Cité Saint Louis, y a fait ses jobs d’été.

« Cette grande salle c’était pour l’embouteillage. Moi je devais vérifier que les bouchons était bien vissés, sinon au bout de la chaine tu avais de l’huile partout. Mais parfois je m’endormais, et  les femmes m’engueulais quand arrivaient là bas des bouteilles toutes dégoulinantes… ».

 

« La grande maison c’était la facturation, et celle dans coin là bas le directeur. »

 

 

 

 

 

 

Emilie a des envies de fêtes foraines dans cette énorme cour oubliée. Un théâtre?

27stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Justement ! Philippe28stLouis3 Caubère, qui deviendra l’un des comédiens les plus connus de sa génération et avant tout apprécié pour sa capacité à mettre seul en scène sa propre vie a grandi ici, dans la maison en friche.

Son père fut directeur l’usine.

« On l’invite à la Fête Foraine? »

 

 

 

 

 

De l’autre côté du mur, l’ange Gabriel déploie toujours ses ailes. Et les tours de la Viste nous ramènent au squatteur.

29stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Essayons de changer les cartes…

Et que se passe t-il si on rajoute à nos 3 cartes( Soleil/Ange/Bateleur) la carte du « Fol » (autrement appelé du « Mat »), qui est la figure du marcheur libre, de l’imagination débordante, de l’exploration et que l’on retourne à l’église Saint Louis ?

On retrouve le théâtre et Armand Gatti !

30stLouis3

 

Scène de théâtre dans la crypte de l’église Saint Louis. Pendant quelques années, au début des années 2000, le prêtre alors en fonction avait souhaité développer un centre multiculturel en ces lieux. La crypte a depuis toujours accueilli des activités culturelles, mais aussi sportives puisque le mythique Boxing club de Saint Louis, toujours très actif,  y a été fondé.

 

 

 

 

 

 

unnamed

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« C’est ainsi, que dans les premiers jours de 1990, conduit jusque-là par cet orchestre de passeurs qui avait mis plus de deux ans à se constituer, Gatti pénétra dans la crypte de l’église St Louis. 

L’y attendaient une vingtaine de jeunes (et moins jeunes) « exclus sociaux » qui, pour quelques mois (du moins pour ceux qui iraient jusqu’au bout), allaient se lancer dans une aventure dont la seule chose qu’ils savaient, c’est qu’elle ne leur procurerait pas un travail ».

Extrait Armand Gatti à Marseille. Metteur en scène et auteur d’origine espagnole, anarchiste.

Est-on encore dans la « Mission » qui semblait au fil de nos rencontres être la seule façon d’agir ici ?

Emilie a pu retrouver le livre et les cassettes VHS témoignant de cette expérience radicale d’utopie émancipatrice. Visionnage collectif dans les prochaines semaines…

Deux photos pour conclure, en ouverture…

31stLouis3Le sourire de Marthe, rencontrée le long du chemin et de son jardin. Trajectoire arménienne, générosité et réciprocité d’un échange. Nous reviendrons partager du miel et des feuilles de vignes.

 

 

 

 

 

32stLouis3

 

 

 

 

 

La station service AGIP où le pompiste nous a accueilli fier de nous prévenir qu’elle était l’oeuvre d’un architecte « très connu ».

Entre temps nous nous sommes souvenus qu’il s’agissait de Jean Prouvé. C’est à cet endroit, pile dans le triangle des 3 portes, que nous reprendrons notre chemin la prochaine fois…

 

 

Commentaires

Cette rubrique n'est pas un formulaire de contact. Merci d'en tenir compte en laissant votre avis !