Coopérative d'habitants pour découvrir Marseille-Provence avec ceux qui y vivent, travaillent et habitent.
+1

Considérant qu’il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir. Sur l’art municipal de détruire un bidonville.

Publié par le 24 février 2014

vol_considerantweb-7ca4b Hôtel du Nord a souvent relayé les nouvelles du Pérou – Pôle d’exploration des ressources urbaines – en particulier le journal de l’Ambassade du PEROU à Ris-Orangis. A Paris comme à Marseille, les bidonvilles réinterrogent la ville comme lieu d’hospitalité : Faire commune ne peut consister à autre chose qu’à faire l’hospitalité, et à cette fin inlassablement réinventer l’espace, ses formes mais aussi son droit comme son économie (article Commune défaite, novembre 2013). Autour de l’arrêté d’expulsion du bidonville dit « de la Nationale 7″ signé le 29 mars dernier par le Maire de Ris-Orangis, le PEROU a invité une trentaine d’auteurs : à le lire, l’interpréter, le traduire.  Le livre « Considérant qu’il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir. Sur l’art municipal de détruire un bidonville » des éditions Post-Editions sortira le 14 mars en librairie, et est d’ores et déjà en prévente.

A Marseille, Yohanne Lamoulère  depuis cet automne photographie le quotidien des habitants du bidonville de Ruisseau-Mirabeau, dans les quartiers Nord de Marseille. Engament relayé par Libération qui publie le dossier « Roms, vie entrouverte à Marseille » d’Olivier Bertrand accompagné du Diaporama Génération Roms.

Commentaires

Cette rubrique n'est pas un formulaire de contact. Merci d'en tenir compte en laissant votre avis !