Coopérative d'habitants pour découvrir Marseille-Provence avec ceux qui y vivent, travaillent et habitent.
+1

La république Marseille le 17 mai à la Friche Belle de Mai

Publié par le 10 mai 2013

Vendredi 17 mai 2013 de 23h à 5h du matin sur le toit-terrasse de la Friche la Belle de Mai, venez assister à la projection  de La république Marseille[360’], un documentaire de Denis Gheerbrant sorti en salle en octobre 2009 et programmé par marseille objectif DansE.

Composé de sept films réalisés pour certains avec ceux et celles qui coopèrent avec la coopérative d’habitants Hôtel du Nord.

  • La Totalité du monde – 14’ – visa n°123932
  • Les Quais – 46’ – visa n°123933
  • L’Harmonie – 53’ – visa n°123934
  • Les Femmes de la cité Saint-Louis – 53’ – visa n°123935
  • Le Centre des Rosiers – 64’ – visa n°123936
  • Marseille dans ses replis – 45’ – visa n°123937
  • La République – 85’ – visa n°122897

« …au moment où le maître, le colonisateur proclament « il n’y a jamais eu de peuple ici », le peuple qui manque est un devenir, il s’invente…il reste à l’auteur la possibilité de se donner des intercesseurs, c’est-à-dire de prendre des personnages réels et non fictifs, mais en les mettant eux-mêmes en état de « fictionner », de « légender », de « fabuler » ; l’auteur fait un pas vers ses personnages mais les personnages font un pas vers l’auteur : double devenir. La fabulation n’est pas un mythe personnel, mais ce n’est pas non plus une fiction personnelle : c’est une parole en acte, un acte de parole par lequel le personnage ne cesse de franchir la frontière qui séparerait son affaire privée de la politique, et produit lui-même des énoncés collectifs. »

Gilles Deleuze, Cinéma 2, L’image temps, p.283

 

La république Marseille nous emmène à travers sept univers qui composent une ville comme une république, celle des dockers, des militants ouvriers, des femmes d’une cité jardin ou des habitants d’une énorme cité ghetto et, dans ses replis, à la rencontre de tout un peuple, ancien junkie, boxeur, ou toutes jeunes filles devant la vie.
La République, une grande artère du centre ville. Face à une violente opération immobilière, toutes ces histoires viennent se rejouer.

La totalité du monde 
quel cinéaste ne rêverait pas d’en saisir, ne serait-ce qu’une bribe ? C’est un peintre qui emploie cette expression. Avant, fils d’ouvrier, il a été ouvrier, puis docker. Et sur ces mondes, il porte un regard à la fois intérieur et décalé. Un petit film pour commencer, comme pour ajuster notre regard.

Les quais 
c’est l’univers de Rolf, « docker de l’Estaque », comme une double identité, celle du port, d’une histoire qu’il légende, et celle d’un quartier populaire, ouvrier, toutes immigrations brassées, ouvert sur la mer. Blessé au travail, il reprend après deux ans d’inaction. Mais Roger – ancien dirigeant syndical à l’époque où les dockers bloquaient les armes pour l’Indochine – n’entretient guère d’espoir quant à l’avenir du port. Et l’Estaque de Rolf est en train de bien changer.

De L’Harmonie 
de l’Estaque, à cent mètres de chez Rolf, on pourrait dire que c’est un fief, celui des anciens dirigeants de la cellule locale du Parti Communiste entrés en dissidence. On y vient de tous les quartiers alentour pour jouer au Loto et des jeunes y apprennent à chanter des airs d’opéra. Mais l’harmonie de l’Estaque-gare ce sont d’abord des femmes et des hommes ensemble. Et l’idéal politique toujours, ravivé par les élections qui remettent en jeu un siège de député tenu par les communistes depuis soixante dix ans.

Les femmes de la cité Saint-Louis 
une cité jardin que les habitants, de génération en génération, depuis 1926, se sont appropriés pour en faire un petit monde, ouvrier, joyeux et combatif. Une société de femmes ? En tout cas, ce sont maintenant les femmes qui défendent leur désir de société, au moment où l’organisme HLM qui gère la cité veut mettre les maisons en vente.

Le centre des Rosiers 
une cité de la fin des années cinquante, avec ses grandes barres de béton brut, a quelque chose d’une forteresse. Le chômage, le commerce de drogue, la concentration de toutes les misères du monde feraient exploser cette cité, s’il n’y avait une formidable force de vie : l’aspiration tout simplement à aimer, gagner sa vie et faire partie de la société. Ce n’est rien d’autre que cela qui se joue ici : le centre des Rosiers est un centre social.

Marseille dans ses replis 
un trajet, des usines du nord de la ville au bord de mer, la caméra comme un carnet de croquis à la main. Marseille invisible, comme cette femme qui se cache pour mieux libérer sa parole. « Marseille après la catastrophe » : un rescapé des années drogue et sida, des jeunes dans un club de quartier et à la boxe, deux amis qui ont monté leur boîte après la faillite de leur entreprise de décolletage, des jeunes filles au bord de leur adolescence….

La République 
à Marseille, c’est une artère de l’époque haussmannienne rachetée par deux groupes immobiliers. Elle se doit alors d’être embellie et la mairie la pare d’un tramway pour en faire le symbole d’une « reconquête du centre-ville ». Les habitants se parlent, se réunissent pour échanger leurs expériences et apprendre à se défendre. Ils étaient censés disparaître, ils se révèlent. Vincent, Jules et Monique, Madame Ben Mohamed et Madame Cary, certains ont un passé politique, d’autrespas, certains ont eu une vie tumultueuse, d’autres pas, c’est une petite république qui se monte là.

Commentaires

Cette rubrique n'est pas un formulaire de contact. Merci d'en tenir compte en laissant votre avis !