Coopérative d'habitants pour découvrir Marseille-Provence avec ceux qui y vivent, travaillent et habitent.
+1

Le samedi 4 mai, venez sur la route du savon de Marseille.

Publié par le 22 avril 2013

Le samedi 4 mai après midi, venez en balade en compagnie des jeunes animateurs de balades de l’Atelier de Révélation Urbaine de l’ADDAP 13 correspond à un tronçon de laroute du Savon de Marseille à Marseille. La balade part du Métro Bougainville, passe par des passerelles pour atteindre des jardins cachés et redécouvrir le patrimoine du Canet jusqu’à la savonnerie du fer à cheval…

Le retour se fait en TER ou bus depuis la savonnerie du fer à cheval.

Le projet de La route du Savon de Marseille à Marseille  est né d’une volonté d’ouvrir une voie industrielle au tourisme et à la culture, afin de promouvoir et valoriser le territoire et les savoir faire, de renforcer l’identité des entreprises. Une des forces de La Route du savon de Marseille à Marseille est de s’inscrire dans un processus global de valorisation du patrimoine présent. Elle donne l’opportunité de relier le patrimoine scientifique et technique aux innovations et savoir-faire contemporain.

L’histoire du savon de Marseille remonte aux XVe et XVIe siècles. La situation provençale et portuaire de Marseille explique la fabrication du savon, activité artisanale et industrielle, alimentée par l’huile d’olive de Provence, mais aussi par les huiles et soudes de tout le pourtour méditerranéen. Au début du XVIIIe siècle, Marseille est le premier centre européen de production de savon avec une quinzaine de savonneries. Quatre-vingt-dix fabriques, installées près des cours d’eau, soit plus de quatre cents chaudières, produiront cent quatre-vingt mille tonnes au début du XXe siècle. Des centaines d’ouvriers, les « fatiguons » alimentent d’immenses chaudrons où cuisent les pâtes composées de soude et d’huiles.

De nos jours, seulement trois savonneries témoignent de cette histoire industrielle de la ville avec leurs pierres usagées, les charpentes impressionnantes, les vastes chaudrons dont les plus anciens sont en briques réfractaires. Certains, cuvelés intérieurement en acier, sont toujours en activité, ainsi que treuils, découpeuses et estampilleuses.

Des objets exceptionnels, collections de savons, estampilles en bronze, affiches et réclames (naissance de la réclame, développement de la publicité et du « marketing lessiviel » dont le savon de Marseille a été un des produits les plus emblématiques) sont témoins de l’évolution des sociétés.

Commentaires

Cette rubrique n'est pas un formulaire de contact. Merci d'en tenir compte en laissant votre avis !