Coopérative d'habitants pour découvrir Marseille-Provence avec ceux qui y vivent, travaillent et habitent.
+1

Récit d’hospitalité n°7 : Petits fronts de guerre sociale

Publié par le 22 février 2014

Jeudi 20 mars 2013 à 19h la librairie l’Odeur du Temps vous invite à une rencontre avec deux sociétaires de la coopérative d’habitants Hôtel du Nord, Christine Breton, conservateur honoraire du patrimoine, historienne, et Martine Derain, artiste et éditrice, à l’occasion de la sortie du dernier numéro des Récits d’hospitalité de l’Hôtel du Nord « Petits fronts de guerre sociale« .

Le cycle des Récits se boucle, laissant la mémoire d’un genre éditorial surprenant, qui s’est ouvert durant trois ans aux engagements intellectuels et économiques. Neuf Récits d’hospitalité, neuf balises dans les quartiers des 15 et 16e arrondissements de Marseille. Là se trament des alternatives historiques, là s’invente la ville, là l’espoir, celui qui traverse le désastre, a une couleur septentrionale…Rendez-vous à 19h, entrez libres !

Ces Récits explorent les quartiers Nord et mettent en valeur la richesse de leur patrimoine. Les numéros sont disponibles dans toutes les chambres d’hôte d’Hôtel du Nord, en écrivant à editionscommune@free.fr ou dans les librairies.

Recit 7

Parce qu’ici s’achève le cycle des Récits d’hospitalité, histoire de Marseille vue du nord. Reste à raconter les douze marches mensuelles incorporées à l’année Capitale européenne de la culture Marseille-Provence 2013, passage secret trouvé pour remonter au présent, pour transmettre l’hospitalité reçue et les savoirs accumulés. Faire un livre comme on marche dans un quartier, voici l’enjeu de ce dernier. Parce que vous avez parfois été choqués de m’entendre dire “petits fronts de guerre sociale” pour condenser l’injustice que traversent ainsi marches et hospitalité. Parce qu’un jour de 1940, dans la tradition des opprimés, le philosophe Walter Benjamin est revenu sur la rue de Lyon pour taguer : “Il n’est aucun document de culture qui ne soit aussi document de barbarie”. Ce jour-là, tous les réservoirs de documents, tous les musées, sont d’un coup devenus muets. 
— Fin de l’émission.
 
— Apparition de ce qui s’invente ailleurs, de l’autre côté de la ville et de la politique, avec vous qui marchez.

Commentaires

Cette rubrique n'est pas un formulaire de contact. Merci d'en tenir compte en laissant votre avis !