Coopérative d'habitants pour découvrir Marseille-Provence avec ceux qui y vivent, travaillent et habitent.
+1

Samia Ghali : Marseille et la Convention de Faro.

Publié par le 15 mars 2013

Nous poursuivons la mise en ligne des textes des intervenants à la rencontre du 2 mars 2013 à Venise suite à la signature de la Convention de Faro par l’État italien (voir  la présentation de la rencontre et voir les textes déjà en ligne).

Voici le texte du discours de Samia Ghali, Sénateur Maire de Marseille , Vice Présidente de Marseille Provence Métropole.

Mesdames, Messieurs,

Je suis une élue locale, Maire du 8ème Secteur de Marseille, ce qui représente environ 100 000 habitants et que l’on appelle, communément les  « Quartier Nord ».
Je suis également une élue nationale, puisque j’ai l’honneur de siéger au SÉNAT depuis 2008.
La relation avec l’Europe me paraît indispensable dans l’exercice de ces deux mandats.
Il faut absolument qu’à chaque fois que l’Europe produit une idée positive pour la population nous la mettions en oeuvre sur le terrain. Pourquoi ?
Parce que sinon l’Europe restera impopulaire, perçue comme une institution au mieux, inutile, au pire néfaste.
La convention de Faro est une convention qui, dans son essence même, crée, permet l’exercice de la citoyenneté.
En effet, permettre à chacun de désigner son Patrimoine, de le valoriser, c’est lui permettre d’agir sur son environnement, d’être acteur de sa ville, et d’une certaine façon, de sa vie. Pourquoi ?
Parce que le Patrimoine, c’est l’histoire d’une bâtisse, puis d’un quartier, puis d’une histoire humaine.
Dans les 15èmes et 16èmes arrondissements de Marseille, notre héritage est celui de l’industrie, du Port.
C’est, en corollaire celui de l’immigration italienne, espagnole, d’Afrique du Nord, puis du monde entier.
De nombreux historiens, sociologues, et autres chercheurs, ont étudié le monde ouvrier, le fonctionnement du port, les problématiques liés à l’immigration, l’intégration, etc.

Mais la parole des acteurs mêmes de cette histoire où est-elle ?
Dans quel espace l’habitant peut-il raconter ce qu’est son quartier, les relations humaines, les luttes, les lieux importants pour la communauté à laquelle il appartient.
Et j’emploie ici le terme « Communauté » au sens de Communauté Patrimoniale telle que la définit la Convention de Faro.
A savoir un groupe de personnes qui peut décider, par exemple, qu’une école élémentaire fait partie du Patrimoine commun.
C’est celà le Patrimoine intégré.
Pour moi qui suis native de ces quartiers, je sais que c’est un enjeu fondamental car il permet de restaurer la dignité, notre dignité. Rien de moins.
Dire que notre histoire a de la valeur, que notre territoire recèle de merveilles naturelles (littoral, cascade, colline), et architecturales et que les mieux placés pour les préserver, les présenter, ce sont les habitants eux-mêmes.
Voilà pourquoi j’ai demandé la création d’une Commission Patrimoine dès Septembre 2008 et ratifié la Convention de Faro en Janvier 2009.
L’action de cette Commission Patrimoine vous sera présentée par Pascale REYNIER, mon élue déléguée à la Culture qui la préside.

Je suis fière et heureuse que cette dynamique ait inspiré trois autres Mairies (deux à Marseille et Vitrolles).
Je suis également honorée d’être parmi vous et de jouer, en quelque sorte, le rôle bienveillant de Marraine de cette convention.
2013 est l’année où Marseille est Capitale Européenne de la Culture.
En Septembre nous y accueillerons le Forum Européen du Patrimoine.
Celà sera pour nous l’occasion de découvrir notre territoire  au travers des balades patrimoniales organisées par notre Commission.
D’ores et déjà je vous y invite, et vous pourrez résider dans l’une des 50 chambres gérées par « Hôtel du Nord », coopérative née de la Commission Patrimoine.
Vous constaterez alors qu’il y a des fois, où le miracle politique s’accomplit, et qu’une convention européenne, peut tout-à-coup, changer le regard des uns sur les autres, sur soi-même ; Etre fier de son Passé pour construire l’avenir où chacun trouve sa place.

Je vous remercie.

Samia Ghali, Venise, mars 2013.

Commentaires

Cette rubrique n'est pas un formulaire de contact. Merci d'en tenir compte en laissant votre avis !